A la découverte des associations homosexuelles au Sénégal

L’homosexualité est pénalement réprimée au Sénégal en tant qu’attentat aux mœurs. L’homosexualité y est qualifiée juridiquement d’« acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe ». Par le code pénal, l’acte « sera puni d’un emprisonnement d’un à cinq ans et d’une amende de 100 000 à 1 500 000 francs, quiconque aura commis un acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe. Si l’acte a été commis avec un mineur de 21 ans, le maximum de la peine sera toujours prononcé ».

Au Sénégal, comme dans beaucoup de pays dans le monde, l’homosexualité est un sujet tabou. La culture et la religion considèrent l’homosexualité comme un affront à l’ordre social. Malgré cela, il existe plusieurs associations qui luttent pour les droits et libertés des homosexuels. Mais, organisées au tour du dépistage et traitement du Sida, ces associations restent pour la plus part masculines.

Parmi les plus en vue, on peut citer Aides Sénégal qui est une organisation sénégalaise enregistrée le 5 mars 2012 par le Ministère de l’Intérieur dont le siège se trouve aux Parcelles Assainies. Si on se réfère aux informations fournies par l’Ong Jamra Aides Sénégal « est la plus active des associations LGBT ». « Une association qui compte  635 membres dont 593 HSH/LGBTI, 42 lesbiennes, 96 PVVIH dont 22 volontaires. » Des informations que l’on peut vérifier sur la plateforme Elsa. Le Président de l’association Djadji Diouf est un homosexuel sénégalais qui ne se cache pas. Il a déjà eu à accorder des entretiens à des médias afin de faire connaître ses actions. Son combat: défendre ceux qu’il appelle “minorité clé’’. Il est également porte-parole du réseau Africa Gay. Il y a également « Prudence » qui est une organisation un peu plus célèbre que les autres. Elle a été enregistrée en 2005 par le Ministère de l’Intérieur. Elle a pour objet  entre autres de « promouvoir le changement de comportement à risque dans le milieu des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HSH)), lutter contre la pauvreté, la stigmatisation et la discrimination des HSH et lutter pour la protection des droits de l’homme des personnes LGBT au Sénégal. » Djamil Bangoura est le président de l’association Prudence. SenEnquête vous livre le rapport d’activité annuel de l’organisation en 2013. D’autres associations existent notamment « « Adama » qui est une organisation enregistrée le 12 décembre 2003 par le Ministère de l’Intérieur et  « Hope » qui est enregistrée le 24 janvier 2012 par le Ministère sénégalais de l’Intérieur. Dans la contribution conjointe des organisations identitaires des HSH qui s’est tenue lors de la session d’octobre 2013 du Conseil des Droits de l’Homme, on y retrouve plaidoyer de ces organisations. Des associations qui avancent lentement mais surement. L’ONG Ilga, laquelle œuvre depuis 1978 pour faire avancer la cause de la société civile LGBTI dans le monde entier explique dans un article publié sur son site en 2012 qu’ « en dépit des obstacles vertigineux, la petite communauté LGBT du Sénégal reste imperturbable dans sa marche vers la reconnaissance. »

Ce n’est pas seulement les hommes qui se regroupent en organisations. Il y a aussi les associations de femmes. Toutes ces lesbiennes ont des difficultés à trouver leur place, non seulement dans la société qui les rejette, mais aussi au sein des associations d’homosexuels selon un grand reportage de la radio Rfi en 2017 intitulé « Etre femme et gay au Sénégal: les lesbiennes cherchent leur place ». Une immersion dans le monde d’une association de lesbiennes intitulée « Sourire de femmes »  dont la présidente s’appelle Ndeye Kébé. Elle commentait dans un article de Lalibre.be que « tout le monde veut aller au ciel mais nous empruntons des chemins différents »

 

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier?
Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Al Capone

Read Previous

Classement Africain des pays consommateurs d’alcool 2017 : Plus de saoulards au Sénégal qu’en Guinée

Read Next

Le Synpics colle un procès à Serigne Mboup

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *