Le Prix MEDays, une ruse pour vendre le Maroc

Ils s’appellent Diacounda Traoré du Mali, Roch Marc Kabore du Burkina Faso ou Macky Sall du Sénégal. Ils ont tous un point en commun, le Grand Prix MEDays. Un prix qui est décerné depuis 2008 par l’Institut Amadeus, un think tank marocain spécialisé dans les relations internationales. Le Président Macky Sall est l’heureux élu pour cette édition même si le prix avait été remis au Sénégal en 2012. À l’époque, il a été remis au ministre de la Promotion de la bonne gouvernance, porte-parole du Gouvernement  d’alors et envoyé spécial du Président de la République, Abdoul Latif Coulibaly pour saluer la réussite exemplaire de l’élection présidentielle de la même année et la maturité de la démocratie sénégalaise un des rares îlots de stabilité en Afrique

Que cache ce prix jugé « bidon » ?

La crédibilité même de l’Institut Amadeus, « think tank » marocain pose problème et est toujours remise en cause par plusieurs experts au Maroc. Puisqu’on lui reproche un manque de rigueur manifeste dans le choix des lauréats.

L’Institut Amadeus, fondé, en 2008 par Brahim Fassi Fihri, fils de l’ancien chef de la diplomatie marocaine, aujourd’hui conseiller royal pour les affaires diplomatiques, très proche du roi Mohamed 6, est présenté par certains médias marocains comme une tribune pour vendre le royaume chérifien. Il est décrit comme un homme « toujours très soutenu par son père qui se cache derrière la création du centre de recherches “Amadeus”, le jeune homme mène grand train actuellement dans des pays africains ». D’ailleurs ce think tank est créé, selon les explications du site Maroc-actu consulté par Senenquête, « pour aller corriger les erreurs du ministère des affaires étrangères en Afrique.» C’est une façon de faire le marketing et le rayonnement de la diplomatie marocaine en Afrique subsaharienne. D’ailleurs, c’est lui-même qui était venu en personne au Sénégal dans le cadre de la  caravane de l’Institut Amadeus en Afrique de l’Ouest pour vendre le ticket du Maroc à la CEDEAO. Il avait pour mission d’expliquer la position du Maroc concernant son projet d’adhésion à la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest, et rectifier le tir à l’origine du retard du processus d’adhésion. Il avait sillonné pas mal de pays de la sous-région. Et pour certains, ce prix est juste créé pour permettre à son pays de faire passer son influence à travers beaucoup de pays africains. Une critique qui ne passe pas chez le boss d’Amadeus. Il y a deux ans, vivement critiqué, il s’était énervé à cause de ce reproche. « Je refuse catégoriquement qu’on caricature ou qu’on vilipende les MEDays, tant le bilan du Forum et la notoriété de la marque « MEDays » sont incontestables. A ces mêmes irréductibles, adepte de la personnalisation à outrance, je voudrais rappeler que si les personnes sont de passage, les institutions restent ! Oui, MEDays est et restera une institution tangéroise, marocaine et africaine. Depuis 10 ans, chaque année ou presque, on promet l’apocalypse aux MEDays », avait-il lancé.

 

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier?
Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Al Capone

Read Previous

Ramassage de Samba : Envoyée spéciale

Read Next

Entre Mahdisme et Irresponsabilité: Sonko, le Système, et Nous.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *