Ramassage de Samba : Envoyée spéciale

Ainsi donc, la grande diva Aissata revient sur la scène politique plus percutante. Elle n’a jamais tort, les ignorants ce sont, nous autres les connards, qui ne comprenons pas les subtilités de la politique sous nos cieux. Elle a tout compris des avantages qu’elle peut tirer de ce poste. Mimi n’a pas su en donner un contenu. Elle qui est un génie en tout, lui donnera des ailes. C’est Tata Mimi qui appréciera…

Arrivé au bureau, vers les coups de 11 heures. Toute la rédaction est présente. Le directeur de publication se pointe avec une nouvelle journaliste. Elle tient son sac à main, présentant les allures d’une dame du monde, pas celles d’une roturière. « Bonsoir chers confrères, Je vous présente une reporter que je viens de recruter. Elle s’appelle Aissata Tall Sall. Elle sera certes parmi vous, mais je tiens à préciser qu’elle sera mon envoyée spéciale. C’est une grande recrue. Elle n’est pas n’importe qui », présente Sherif à ses reporters. « Bienvenue Tata Aissata », répondirent toute la rédaction. Et hop Sonni Aly, le rédacteur en chef, de poser une question : « Elle sera envoyée spéciale où ? A Podor ? » Au dirpub de couper court: « Au risque de me répéter, j’ai déjà répondu à cette question. Elle est mon envoyée spéciale et n’a de compte à rendre qu’à moi. Basta! ».

Ne riez surtout pas. Vous pensez que seuls les gens du régime en place peuvent jouer au théâtre ou faire prévaloir leur talent de metteurs en scène ? Circulez !!! Nous attendons les premiers papiers signés par la grande « royale » Aissata.

Revenons à des choses beaucoup plus sérieuses. Finalement celle qui avait osé rêver d’une ambition présidentielle a tout jeté à la poubelle pour soutenir celui qu’elle critiquait avec vigueur. Qu’est ce qui a pu vraiment arriver à la grande avocate, si éloquente et convaincante, pour se rabaisser si bas et se contenter d’un poste d’une grande vacuité politique. On sait tous que depuis qu’elle a quitté le parti socialiste, la déesse de Podor se cherchait sans savoir vraiment ce qu’elle voulait. Il n’empêche, on ne pensait pas qu’elle allait tout devoir accepter. Surtout un poste aussi ridicule, juste pour servir le « Roi ». A quoi prépare-t-on ce peuple qui nous parait si docile depuis que Shérif est au pouvoir. Est-ce pour nous faire ingurgiter de force l’idée d’un troisième mandat qui bourdonne dans nos oreilles ? Surtout qu’émettre une opinion différente de cette vision vous expose à perdre des privilèges. Ce, alors que d’autres ont dit pire…en validant la candidature de Shérif pour 2024. On comprend mieux le deal. Je pense que c’est peine perdue avec ce Sénégal déterminé à ne plus accepter de voir quelqu’un faire un mandat de trop.

J’invite solennellement la nouvelle envoyée spéciale à ne pas s’engouffrer davantage en faisant une sortie quelconque pour défendre une chose pareille si jamais cela faisait partie du deal pour sa nomination. Pour réussir une telle mission, nous attendons de vous des reportages à Podor où y a tant de sujets brûlants comme la famine et la misère qui y sévissent. Ce, sans compter le manque d’emplois pour les jeunes désœuvrés. Et vous signerez avec plaisir en bas de page : Aissata Tall Sall envoyée spéciale à Podor. Vous gagnerez certainement le prix des jeunes reporters du Sénégal avec un ordinateur pour consolation. Vous qui méritez mieux que ce poste ridicule. Chienne de vie !

 

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier?
Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Al Capone

Read Previous

Les pirogues de la « mort » coûtent plus de 5 millions

Read Next

Le Prix MEDays, une ruse pour vendre le Maroc

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *