Gabegie foncière à Vélingara : le maire s’enlise dans des terres boueuses

Au cœur d’un scandale foncier relatif à la gestion des terres de la commune de Vélingara, une  information ébruitée par le  quotidien « Le Témoin », qu’il dirige d’une main de fer depuis 17 ans, le maire, Oury Bailo Diallo, malgré le fait d’avoir démenti, les faits restent têtus en sa défaveur.

C’est  dans   les colonnes   du  quotidien   « Le  Témoin »    dans  son   édition du  15 octobre  2019  que   l’affaire  a  été  ébruitée.  L’article faisant état d’un scandale foncier sur fond de lotissement anarchique dans la commune de Vélingara. Ce qui  avait fait réagir le maire Oury Bailo Diallo édile de la ville. Après ses menaces et insultes à l’encontre du journaliste auteur de l’enquête, le député-maire a apporté son démenti dans le même canard. Mais, les faits s’entêtent dans leur caractère sacré. Et suivant les témoignages, recueillis auprès des populations concernées, la gabegie est sans nul doute érigée en règle de gestion du foncier par la municipalité de la commune de Vélingara. «Quand nous avons constaté des opérations de lotissements anarchiques autour de notre quartier, les populations se sont réunies pour interpeller l’autorité administrative. Et le préfet nous a fait savoir qu’il n’était pas informé d’une telle procédure. Par la suite, nous sommes retournés sur les lieux pour déterrer les bornes posées par les agents de la mairie. C’est ainsi que le maire m’a convoqué chez lui me suppliant de mettre fin aux mouvements de contestation autour du foncier. Au cours de cet échange, il m’a remis de l’argent et m’a proposé un poste au niveau de la municipalité », témoigne Tamba Biaye, secrétaire du chef de quartier de Nashroullahi et membre du collectif de lutte contre la spéculation foncière à Vélingara.

La préfecture de Vélingara, mur des lamentations foncières

Contacté par nos soins, pour apporter des précisions sur le tollé relatif au foncier dans la commune, le préfet Abdourahmane Ndiaye souligne que les litiges mettant au prise la municipalité et les administrés sont devenus monnaie courante dans la ville. «Je ne reste pas trois jours sans qu’un habitant ne vienne se plaindre auprès de moi dans le cadre d’une spoliation foncière. Et, en tant qu’autorité administrative, je ne peux qu’orienter les plaignants au tribunal. Cependant, étant donné que je ne suis pas informé aussi d’une opération de lotissement en cours, j’ai attiré l’attention du maire afin que la procédure soit respectée pour éviter les dissensions sociales », informe le représentant de l’exécutif dans le département de Velingara.  Par ailleurs autour  de cette gabegie foncière, le président de la commission domaniale, Hamadi Diallo dit Patiacko, est pointé du doigt.  Son nom revient  dans la plupart des litiges fonciers opposant les populations sur les transactions autour des terrains à usage d’habitation. « Avant l’achat d’un terrain, je m’étais rapproché du président de la commission démoniale afin qu’il me certifie la crédibilité de la transaction. Ce dernier m’avait bien rassuré. Mais à ma grande surprise, je me suis finalement rendu compte que la parcelle en question faisait déjà l’objet de litige. Et finalement, j’ai porté plainte au niveau de la gendarmerie pour arnaque. Maintenant, j’attends que le dossier soit transmis au juge » s’est plaint un enseignant victime de la pagaille foncière née de ce qu’on pourrait appeler les lotissements anarchiques à Vélingara. Tous les mis en causes ne souhaitent pas s’exprimer sur cette question.

 

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier?
Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Al Capone

Read Previous

Journée morte à l’Ucad ce lundi

Read Next

Les pirogues de la « mort » coûtent plus de 5 millions

One Comment

  • Fin d’un regne ….

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *