3e mandat: ces proches de Macky qui l’avaient écarté

Depuis quelques jours, le sabre du chef de l’Etat « tombe » sur ceux qui se sont prononcés sur sa non éligibilité pour un troisième mandat. Sory Kaba et l’ancien ministre conseiller Moustapha Diakhaté en ont fait les frais après ce que l’on peut nommer leurs indiscrétions sur ce sujet tabou. Après les limogeages de ces deux responsables de l’Apr, cette question n’est plus abordée par les responsables politiques de la mouvance présidentielle. Le ministre Seydou Gueye, un des responsables de la communication présidentielle, a justifié le limogeage de Moustapha Diakhaté par une discipline de parti qui primerait sur la liberté d’expression. Selon lui, ce dernier n’a pas respecté la ligne de conduite de leur parti. Et pourtant, on se rappelle que ce même Seydou Gueye avait déjà abordé ce sujet dans des quotidiens comme le Soleil et l’Enquête. Un article repris par les sites.
Rappelons que dans un article rédigé par Leral.net le mardi 12 Mars 2019, Seydou Gueye disait ceci : « Vous avez la réponse… c’est vous-même qui l’avez dit. C’est ça la réalité (…) C’est son dernier mandat ! Puisque nous sommes partis sur une révision de la Constitution qui a été une révision consolidante. Il avait limité le nombre de mandats, en fixant la durée du mandat du président de la République et en verrouillant un peu la Constitution pour que ces dispositions, relatives à l’élection du président de la République, soient pratiquement intangibles ».
Le 18 mars 2019, lit-on dans le site d’informations Dakarmatin, Aminata Touré qui parle de ce fameux 3e mandat : «L’opposition cherche désespérément matière à s’opposer». Ce sont par ces mots qu’Aminata Touré a cherché à évacuer la question d’un troisième mandat qui pollue l’environnement politique, surtout après la sortie du ministre de la Justice déclarant qu’en «principe », Macky Sall ne pourrait pas briguer un nouveau mandat en 2024. «Mimi» Touré martèle, dans un entretien accordé au journal L’Enquête, que ce débat n’en est pas un d’autant plus que le principal concerné a déjà clos le débat : «je ne sais pas en quelle langue le président de la République doit-il s’exprimer pour se faire définitivement comprendre. Il a dit et redit avec moult détails qu’il ne peut y avoir de troisième mandat. La chose est claire et limpide. Ce débat, le Président l’a vidé lui-même»., a écrit le site Dakarmatin.
Un autre ministre, Zahra Iyane Thiam de confirmer les dires des autres en répondant au constitutionnaliste Babacar Gueye qui a été le premier à soulever ce débat. « Cette sortie du professeur Babacar Guèye (lors d’une émission Grand jury de la Rfm) ne me parait pas opportune dans la mesure où c’est juste défoncer une porte déjà ouverte. Rappelez-vous, le chef de l’État, lorsqu’il a voulu réduire la durée de son mandat actuel de sept à cinq ans, la Constitution ne lui avait pas permis quand bien même c’était son ardent désir. Aujourd’hui, il a rendu intangible ce désir de ne pas faire plus de deux mandats à travers le référendum du 20 mars 2016 dernier. De mon point de vue, je pense que cette question de troisième mandat ne doit plus susciter un débat au Sénégal. Il n’est de la responsabilité d’aucune autre personne que du président de la République de respecter son engagement de ne pas faire plus de deux mandats », réagit-elle dans les colonnes de « Sud Quotidien » repris par le site Seneweb.
Le juriste Mouniry Sy avait aussi « écarté » dans la même période en réponse au Pr Babacar Gueye que Macky ne pourra plus briguer un autre mandat. « La seconde disposition de l’article 27 de la Constitution écarte toute possibilité pour Macky Sall de briguer un troisième mandat ».
Ils avaient tous en un moment soutenu publiquement que ce 3e mandat est impossible, mais depuis les limogeages de leurs camarades de parti, ils sont devenus subitement aphones.

L’on se demande alors qu’est-ce qui a pu changer entre temps dans les textes de la constitution ?

 

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier?
Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Al Capone

Read Previous

Ministre conseiller, gracieusement payé à ne rien faire

Read Next

Faux. Le BRT ne fonctionne pas au Ghana

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *