« Le vol d’Ethiopian est comparable à un Ndiaga Ndiaye »

Tout n’a pas été dit sur le vol d’Ethiopian Airlines qui a eu des soucis techniques hier. Quelques passagers que nous avons pu saisir, ont révélé que le vol n’est pas rassurant dès lors que toutes les conditions ne sont pas de mises pour un vol sans problème. Bref, à l’image de nos fameux cars « Ndiaga Ndiaye », beaucoup de manquements sont notés

Plus de peur que de mal après l’incident de l’avion Ethiopan qui a failli crasher. Joint au téléphone, un des passagers ayant requis l’anonymat explique son inquiétude quant à reprendre le vol. « Nous sommes convoqués demain à 5 h du matin pour un autre vol d’Ethiopian. Mais je crains qu’on prenne le même avion qui a failli crasher », confie le passager. Après l’incident technique, certains passagers ont pu être convoyés. Cependant, ceux qui n’ont pu prendre ce vol, sont logés à l’hôtel. Dans ce groupe de passagers, beaucoup sont déçus de la qualité de service de la compagnie aérienne. Remonté contre la compagnie, l’un des passagers nous révèle l’inconfort existant dans cet avion. « Je me demande comment on peut décoller sans au préalable vérifier ces aspects techniques. Cet avion d’Ethiopian ne vole qu’en Afrique. Il n’y a aucun confort. On n’a même pas de prise pour recharger nos téléphones », se désole-t-il.

Il soutient que les autorités en charge du transport aérien sont responsables de cette situation. « Depuis l’incident, aucune autorité sénégalaise n’a fait une déclaration alors que la majorité des passagers sont des sénégalais. Et encore, les autorités aéroportuaires se permettent de minimiser l’incident qui pouvait être dramatique. Si la compagnie Ethiopian ne peut pas assurer une bonne sécurité à ses voyageurs, autant lui retirer leur licence », s’éructe-t-il de rage. Notre troisième interlocuteur est dans la galère. Il risque de reprendre le vol sans ses bagages qui sont introuvables. Il promet de traduire la compagnie éthiopienne en Justice.  » Hier, j’avais payé mes deux valises à hauteur de 200 000 Fcfa avant l’incident. Aujourd’hui, on m’a demandé de payer à nouveau. J’ai dû retourner l’une, et l’autre je l’ai confié à un ami alors que j’ai déboursé 200 000 Fcfa. Je vais porter plainte », lance-t-il.

Au-delà de ces tracasseries, certains passagers déplorent l’absence de suivi psychologique. « On n’a pas eu de blessés, mais psychologiquement, nous sommes tous atteints. Parce qu’on a peur de reprendre l’avion. Je doute fort du bon état de cet avion. Les sièges sont défectueux. Il n y a pas de clim. Ce vol est comparable à un « Ndiaga Ndiaye », confie le passager. Vous en doutez ? Eh, bien des avions « Ndiaga Ndiaye » existent bel et bien dans ce continent qui semble refuser le développement

 

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier?
Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Al Capone

Read Previous

Brésil-Sénégal, un test grandeur nature pour Cissé et ses hommes

Read Next

Quand Latif Coulibaly refusait de répondre à la commission d’enquête parlementaire.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *