Marième Faye Sall, une Première Dame, mille et un problèmes !

« Wou wou wou !! ! Marième Faye goudio ! Wou wou wou ! Marième Faye goudio ! », C’est avec ce refrain peu glorieux pour une autorité et surtout celle qui incarne la Première Dame du pays que nos grincheux compatriotes sénégalais aux Etats-Unis ont accueilli l’épouse de Shérif. Elle faisait peine à voir. Sniff, sortez les mouchoirs ! Elle nous semblait complètement dépassée par les évènements. Elle, d’habitude, si souriante, si vivante et connue par certaines personnes pour sa gentillesse et son exquise courtoisie pour les gueux. Elle donc si enjouée, présentait un visage de deuil face à nos compatriotes vivant au pays de l’Oncle Sam. Ah, comme ils ont été méchants avec celle qui a permis à certains hommes de devenir ministres et d’autres de se faire appeler honorables députés ou Dg. La seule constance, celle qui fait et défait les carrières. En tout cas, elle a son mot à dire. N’est-ce pas Mister Mbagnick ? En effet, c’est cet escrimeur qui disait sans fausse pudeur qu’ils devaient, lui et Mactar Ba, leur nomination comme ministres par les bonnes grâces de la douce et tendre épouse de celui qui nomme et dégomme. Vous en doutez ? Mais tiens, tiens où est-il donc c’lui là, l’escrimeur Mbagnick ? Bon, pour en revenir aux applaudissements, pardon, les huées servies à l’authentique sénégalaise différente des autres premières Dames, Il faudra que l’on soit plus sérieux. Décochez vos flèches si vous le voulez. Mais il nous faut dire les choses comme elles sont.

Cette Première Dame est celle qui s’est plus illustrée dans la gestion de notre Cité. Depuis l’accession de son époux à la tête de ce pays, c’est du « Marième à gauche et Marième à droite ». Elle est dans toutes les sauces. Avec sa fameuse Fondation « Se servir le Sénégal », pardon « Servir le Sénégal », ils sont nombreux à s’interroger sur la provenance des fonds que Madame distribue avec un malin plaisir aux pauvres. J’ai été surpris aussi de voir des femmes de l’opposition la supplier à ce qu’elle intercède auprès de son époux pour la libération de Khalifa Sall. Tout cela montre à suffisance son implication dans la gestion de notre pays. Ce qui n’est pas une vue de l’esprit. C’est une réalité sur laquelle tout le monde est d’accord. On a vu son engagement militant pour la réélection de son mari. Elle s’y est mise à fond et sans pudeur en distribuant des billets d’argent. Frappant à la porte des gueux qui pour une fosse d’aisances, qui pour un matelas. Vous souvenez vous de cette image disgracieuse de compatriotes échangeant leur vieux matelas à du neuf.

Tant pis si vous doutez de ses fonctions de vice-président de ce pays.

C’est peut-être tout cela qui explique les huées. En tout cas, son implication dans la gestion du pays est plus manifeste que celle de ses ainées.

 

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier?
Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Boy Casa

Read Previous

La presse: une place pour la « racaille »

Read Next

Immersion dans un service transformé en dépotoirs d’ordures

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *