Kim Jong-un, le pote despote de Macky

La Corée du Nord a rouvert discrètement une entreprise de construction au Sénégal, en violation flagrante des sanctions des Nations unies contre le programme nucléaire de Pyongyang, a indiqué ce mercredi The voice of America.

Aux termes d’une série de sanctions radicales adoptées, il y a deux ans, les États-Unis ont interdit aux États membres de mener la plupart des activités commerciales avec la Corée du Nord. Mais si on croit VOA qui affirme détenir les preuves de ces graves révélations, au moins 31 Nord-Coréens travaillent à Dakar pour la société nord coréenne Corman Construction. Des reporters de VOA Korean se sont rendus à Dakar et ont examiné des documents confidentiels des services de l’immigration et ainsi que des copies de passeports identifiant les activités commerciales nord-coréennes dans le pays. La source des documents demandait l’anonymat par crainte de représailles, indique-t-on. Dans la matinée du 16 septembre, les reporters coréens de VOA ont vu une poignée de travailleurs nord-coréens sortir d’un logement à Dakar. Ils ont grimpé dans une camionnette à double cabine, puis se sont rendus pendant une heure dans une usine appartenant au fabricant de produits alimentaires sénégalais Patisen. C’est l’une des trois entreprises sénégalaises à avoir embauché Corman Construction pour des projets, indique le site d’information.

À l’extérieur de l’usine, des travailleurs nord-coréens se sont accroupis sur le trottoir du parking. « Vous êtes originaire de Pyongyang? », a demandé un journaliste de la VOA en coréen. «Oui», est la réponse. Le travailleur a déclaré être arrivé au Sénégal trois ans plus tôt. La source a déclaré que chaque travailleur gagnait environ 120 dollars par mois après avoir versé une partie de son salaire au gouvernement nord-coréen. Les autorités américaines soutiennent que la Corée du Nord reçoit des centaines de milliers de dollars par an grâce à ces envois de fonds et autres. Les sanctions visent à empêcher le dirigeant nord-coréen, Kim Jong Un, d’avoir accès à des devises qui pourraient contribuer au financement du programme de développement nucléaire et antimissile de son pays. Pour rappel le Sénégal a déclaré au Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU) en janvier 2018 qu’il avait réagi aux dernières sanctions en fermant la société nord-coréenne Mansopae Overseas Project Group of Companies (MOP).

Toutefois, des documents montrent que Corman Construction a été enregistrée en juin 2017 sous le nom d’un ressortissant nord-coréen. La société travaille sur certains des mêmes projets de construction que ceux menés par Mandudae Overseas avant sa fermeture, selon toujours la même source. Le journal Le Monde dans un article paru en 2017, avait révélé que la Corée du Nord s’est ainsi fait une spécialité dans la construction de monuments imposants et au goût parfois douteux sur le continent. La société Mansudae Overseas Project a érigé ses statues dans neuf pays d’Afrique, comme en Namibie, le Mémorial de l’indépendance ou, au Sénégal, le Monument de la renaissance africaine. Le journal français informe que les échanges entre le continent africain et la Corée du Nord auraient atteint près de 200 millions d’euros en 2016. Mais les statues ne sont pas la seule source de revenus en Afrique de Pyongyang.

 

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier?
Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Boy Casa

Read Previous

« Certaines erreurs m’ont échappé »

Read Next

Faux. La photo de Babacar Ba date de 2018

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *