« Licences frauduleuses et postes fictifs » : le scandale à la fédération de rollers

Un comité ad hoc représentant des clubs de roller et skate, affiliés à la FSRS, accuse certains responsables fédéraux d’être impliqués dans un scandale lors des derniers championnats mondiaux à Barcelone en Espagne qui se sont déroulés au mois de Juillet dernier. Cela fait suite aux demandes d’explications et relances sans réponses. Les présidents de clubs Free Style, Pro Style et Tahiti Roller dénoncent La sélection et la composition d’une délégation représentative sur des bases non conformes aux statuts. Ces présidents de clubs accusent la présidente de faire du trafic de visa. « L’encouragement des candidats à l’émigration appuyé par l’instance dirigeante sur la base de licences frauduleuses et postes fictifs. » estiment-ils. La fugue de nos riders professionnels dont la double championne détentrice du record mondial, Awa Baldé, constitue un sujet de controverses. Senenquête a pu entrer en contact avec elle depuis Paris où elle vit en ce moment.

Même si elle ne veut pas entrer dans les détails, elle nous lance vaguement « Je ne peux pas tout dire. Le jour où je rentrerais, je dirais tout ce qui s’est passé. Mais pour mieux défendre nos couleurs, je suis obligée de chercher d’autres moyens pour défendre l’équipe nationale de roller et voir mon travail reconnu par tout le monde. ». Une plainte a été déposée contre elle mais visiblement cela ne la préoccupe pour le moment. Mais elle indexe la fédération: « je me suis toujours donnée à fond. Mais ce qui se passe dans notre fédération est inexplicable. Juste pour donner un exemple: pour ma médaille de championne du monde de 2017, je suis incapable de vous dire où elle se trouve, entre le ministère et la fédération. Les cas sont nombreux comme celui de ma sœur Adama, qui est une athlète incontestable qui est dans la même situation que moi. Tout comme Mor Fall qui a remporté plein de titres locaux. Tout cela m’a fait penser qu’il est temps que je me concentre pour mon avenir. » Elle ajoute qu’ « au niveau de la fédération, nous nous défonçons et gagnons des prix et ce sont ceux qui ne font rien qui récoltent les fruits. Je n’ai pas fui mon pays, mais je suis plutôt allée chercher des moyens pour défendre les couleurs de mon pays. » Le comité ad hoc mis en place par quelques membres et présidents de clubs affiliés à la FSRS exige une réponse ferme et la convocation d’une assemblée générale extraordinaire pour faute grave et violation des statuts de la fédération.
Senenquête a contacté à plusieurs reprises Awa Nar, la Présidente de la fédération sénégalaise de roller et skate. Elle ne compte pas s’exprimer pour le moment. Elle nous souffle qu’elle « attend juste l’autorisation du ministre des sports ». Une permission qui tarde puisque Senenquête a attendu plusieurs jours avant de publier cet article dans le souci d’équilibre.

 

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier?
Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Al Capone

Read Previous

Bountou Pikine, zone criminogène pour voyageurs

Read Next

Brésil-Sénégal, le tout premier de l’histoire

3 Comments

  • C’est regrettable ce qui se passe, surtout quand on sait que ce sont ces mêmes maux que souffrent la quasi totalité des autres fédérations de sports au Sénégal
    Le mal est plus profond qu’on ne veuille l’admettre

  • C’est regrettable et ironique à la fois une double championne détentrice du record mondial qui fugue pour chercher des moyens lui permettant de défendre davantage les couleurs de son pays? Est ce qu’elle a un pays ou des gens dans ce pays qui se soucient vraiment de la cause défendue? Noo apparemment il y un groupe de suceurs de sang autours elle a bien fait de filer avant que ca ne soit trop tard à mon avis

  • Vraiment C du n’importe quoi avec cette présidente nul qui n’a qu’à vivre sur le travail des athlètes

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *