Non ! la Rfm n’a pas affirmé que 80% des femmes de Kolda souffrent d’inflammation du col de l’utérus

«L’application de produits aphrodisiaques sur le sexe féminin, serait à l’origine de l’Inflammation du col de l’utérus chez 80% des femmes à Kolda ». C’est ce qu’ont affirmé plusieurs sites sénégalais d’information dont Seneweb (voir l’article) et Xibaru en début de semaine. Ces derniers reprenaient un reportage diffusé le 19 août dans le journal de 7h de la Rfm du journal (à partir de la 7e minute du journal). L’information a été très partagée sur Internet notamment sur Facebook. Elle a suscité beaucoup de commentaires mêlant indignation et controverse.

Nous avons contacté Mouhamed Diallo, l’auteur de l’article publié sur Seneweb, qui indique que « la source, c’est un reportage diffusé dans le journal de 7h de la Rfm le 19 Aout 2019. C’était fait par leur correspondant qui est à Kolda ».

Qu’entend-on dans le reportage ?

 Dans le reportage en question, le correspondant de la radio à Ziguinchor, Lamine Ba a fait le compte rendu d’une journée de consultation à Bignona et plus précisément dans la localité Tangory. En écoutant l’élément, on note que le reporter n’a pas tenu de tels propos. Le reportage ne parle nullement de Kolda. Il affirmait que : « Sur une cinquantaine de femmes consultées, 90% d’entre elles présentent des inflammations du col de l’utérus dues à des substances chimiques que l’on retrouve dans les produits d’hygiène qu’elles utilisent pour l’entretien de leurs parties intimes. »

Après avoir réécouté le journal, on relève que le seul élément qui parle  d’inflammation du col de l’utérus ne fait aucune mention d’une telle statistique dans la région de Kolda ni ne pointe les aphrodisiaques comme causes. Dans l’élément de la radio, Ousmane Mané, infirmier-chef de poste de Tenghory Transgambien dans le district sanitaire de  Bignona, affirmait: « Parmi les femmes consultées, 90% souffrent d’inflammations du col de l’utérus. C’est des herpes ou candidoses qu’il faut réellement prendre en charge. Parce que les gels que les femmes utilisent, détruisent les flores qui les protègent. Beaucoup de produits qu’elles mettent quand elles ont des règles, c’est des produits imbibés de produits chimiques. C’est principalement la cause ». Pour en avoir le cœur net, nous l’avons contacté ; il a confirmé ses dires tout en reprécisant que c’est des chiffres sortis lors d’une journée de consultation qui concerne seulement une soixantaine de femmes. À la fin de la consultation, parmi les 66 femmes qui ont été consultées, seulement 21 souffrent d’inflammation du col de l’utérus. Il a par ailleurs expliqué que l’interview avec le journaliste de la Rfm a eu lieu en mi-journée. et le bilan qu’il y faisait était partiel.

Conclusion: L’information selon laquelle 80 % des femmes à Kolda souffrent de l’Inflammation du col de l’utérus est fausse.

Seneweb et d’autres sites ont repris une information de la radio Rfm affirmant que dans la région de Kolda, les produits aphrodisiaques seraient à l’origine de l’inflammation du col de l’utérus chez 80% de femmes. Senenquête a contacté l’auteur de l’article qui confirme que c’est un reportage de la Rfm qui est la source de ces statistiques. Mais le reportage indiqué ne portait pas sur la région de Kolda mais sur une localité du district sanitaire de Bignona, Tenghory, dans le sud du pays.

Nous avons contacté l’infirmier-chef de poste qui a précis dans quel contexte il s’est confié au journaliste de la Rfm et que les chiffres communiqués ce jour-là étaient issus d’une journée de consultation dans ladite localité.

 

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier?
Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Al Capone

Read Previous

Prison-le ramassage de Samba

Read Next

Drame de Reubeus: l’un des détenus mort a été cueilli lors d’une opération de « ramasse »

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *