Aïda, la reine du khessal qui fait le buzz sur Internet

« Dans ce groupe on pourra échanger et surtout donner des conseils. Je ne le dirai jamais assez on fait du khessal certes mais ça reste dangereux donc il faut respecter le mode d’emploi ». Voilà comment l’administratrice de « Khessal Mode d’emploi », une certaine Aida, très suivie sur Internet, décrit son groupe qui compte déjà un bon nombres de femmes « khessalisées ». Ces femmes qui rêvent toutes d’avoir un joli teint, se relayent chez la fausse « dermatologue » pour s’arracher les lotions et autres crèmes, présentées comme des produits éclaircissants extrêmement efficaces. L’administratrice organise chaque soir des lives Facebook, selon elle, pour « informer sur certains produits dangereux » en donnant des conseils tout de même sur sa gamme de produits éclaircissants.

Très à l’écoute de ses followers, Aïda n’hésite pas à donner des conseils aux femmes qui se confient à elle, notamment celles qui ont la peau cramées par le khessal. Pas besoin de faire un tableau sur l’intelligence des victimes de Aïda et de ses produits extrêmement dangereux. Vu leur nombre croissant et les dangers auxquels elles s’exposent, le nombre de membres du groupe s’accroit sans cesse. On peut s’interroger sur les motifs qui les poussent à se brûler la peau.

En trois semaines depuis sa création, le groupe a dépassé les 3000 membres. Senenquête a infiltré le club Aïda pour avoir une idée de comment il fonctionne. Pas besoin de montrer patte blanche pour pénétrer le monde de la reine du Khessel. Aussitôt notre demande d' »amitié » a été envoyée aussitôt elle a été acceptée. Premier contact, premier conseil. Celle qui se présente comme une passionnée de monde et de beauté ironise en nous lançant cette boutade « La route, la cigarette, le cube Maggi tuent plus que le khessal. Il faut sensibiliser pour que les gens n’en abusent pas. J’ai réussi à faire abandonner le khessal à des femmes là où le dermatologue n’a pas réussi ». Pour elle, il faut en parler pour amoindrir les risques. « Puisque personne ne nous empêchera de nous éclaircir la peau, alors essayons de le faire avec modération »,a soutient-elle convaincue, avant de se demander « pourquoi ces sociétés continuent à mettre sur le marché des produits pourris sans être inquiétées ? ». Nous avons pris contact avec un pharmacien, suite à notre entretien avec Aïda. La requête était toute simple : est-il risqué ou non de faire de l’auto-prescription de ces produits chimiques. Dr Vincent Sarr alerte sur le danger et exhorte les femmes à aller voir un spécialiste avant d’entamer un quelconque traitement : « La plupart des produits éclaircissants de la peau sont à base d’hydroquinone, produit nocif, très toxique pour les mélanocytes. Il faut avoir le conseil d’un spécialiste dermatologue ou au moins un médecin ou pharmacien qui pourra adapter le lait ou la crème qui convient par rapport aux types de peaux ». La dépigmentation présente des risques chez les utilisateurs selon Dr Sarr qui liste les conséquences fâcheuses de cette pratique. Il estime que : « l’utilisation prolongée des produits tels que l’hydroquinone en particulier les corticoïdes (l’hydrocortisone, le quinacore, le clobetasol) va engendrer des maladies de la peau mais également des vergetures, atrophie de la peau, une peau anormalement fine, de l’acné au visage. Une fois détruite, la peau devient alors vulnérable à toutes les agressions solaires et ouvre la voie à d’autres pathologies comme le cancer ».


Les réseaux sociaux semblent être un terreau fertile pour ce phénomène qui prend de l’ampleur. On nous signale qu’il existe beaucoup de groupes privés où on discute khessal. Et pour la plupart des groupes n’ont aucun spécialiste de la peau pour recadrer ou encadrer les potentiels victimes de la dépigmentation. En même temps, ça génère un commerce lucratif puisque certaines femmes y écoulent leurs produits. Ce qui sans doute explique leur engouement.

 

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier?
Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Al Capone

Read Previous

Dépendance médicale, la Chine sauve 200 malades sénégalais en état critique

Read Next

Affaire de drogue : « que toute la lumière soit faite » selon Forum Civil

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *