La Côte d’Ivoire, premier investisseur au Sénégal

Vous ne devinerez jamais le premier investisseur étranger au Sénégal au premier trimestre 2019. Indices, ce n’est ni la France, ni la Suisse moins encore la Chine avec ses 8,66 milliards FCFA investis dans notre pays durant cette période.

Ne cherchez pas la loin, c’est la Côte d’Ivoire le premier fournisseur d’investissements productifs étrangers au Sénégal, au cours du premier trimestre de l’année 2019, a-t-on appris cette semaine de l’agence nationale sénégalaise des statistiques et de la démographie (ANSD). D’après un rapport l’institution, consulté par l’agence Ecofin, la Côte d’Ivoire a investi environ 13,51 milliards FCFA dans l’économie sénégalaise au cours du premier trimestre de l’année en cours. Elle devance donc les traditionnels investisseurs au pays de la Teranga tels que la Suisse, qui y a investi 9,08 milliards FCFA, la Suède avec 8,8 milliards FCFA et la Chine, citée un peu plus haut. Selon toujours la même source, la majeure partie des investissements ivoiriens au Sénégal a été captée par le secteur secondaire. Ainsi, 12, 9 milliards FCFA ont été injectés dans la construction d’une huilerie, 580 millions FCFA dans la réalisation de deux projets dans l’industrie d’emballage tandis que 28,4 millions FCFA ont permis de mettre en place un projet portant sur l’imagerie médicale.

Notons qu’au total, la Côte d’Ivoire a fourni 10,6 % du volume global des investissements productifs étrangers captés par le Sénégal, qui ont eux-mêmes compté pour 41,5 % des investissements enregistrés par le pays au cours du premier trimestre 2019. Dans le rapport Doing Business 2019 de la Banque mondiale, le Sénégal se classe au 141ème rang sur 190 pays soit une chute d’un point par rapport à l’année précédente. Si les atouts du Sénégal, incluant des coûts de production compétitifs, une main-d’œuvre qualifiée, une localisation géographique stratégique, de bonnes relations politiques internationales et régionales et une économie compétitive sont nombreux, le pays doit est appelé à faire encire des efforts pour être plus attractif. Parmi les obstacles susceptibles de freiner les investissements banque française BNP Paribas liste la vulnérabilité économique, une faible diversité d’activités, une infrastructure sous-développée, une réglementation inefficace, une bureaucratie, des coûts de facteurs élevés et un manque de sécurité.

 

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier?
Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Boy Casa

Read Previous

PSE: 8,6 milliards de la Bad pour une perfusion à domicile

Read Next

Qui en veut à Adama Gaye ?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *